Cours de dessin

Apprendre à dessiner

 

 

Apprendre à dessiner comme un pro : Cliquez ICI !

La perspective en dessin

Les différentes techniques de représentation en perspective ont toutes en commun l'intention de représenter la vue d'objets à trois dimensions sur une surface, en tenant compte des effets de l'éloignement et de leur position dans l'espace par rapport à l'observateur. La plupart des techniques, mais pas toutes, s'appliquent à une surface plane et finie, typiquement une feuille, le cadre d'un tableau ou un écran. Leur complexité est fonction de leur réalisme, i.e. de leur volonté de susciter une illusion de tridimensionnalité. Les techniques les plus simples, comme la perspective cavalière, ont une intention réaliste plus sommaire.

Dessiner consiste essentiellement à délimiter par des traits les contours de l'objet à représenter. Ceci implique une démarche d'interprétation et de synthèse : passer d'un objet à trois dimensions à un dessin à deux dimensions nécessite un choix de représentation exprimé par une perspective, qui peut être empirique et spontanée, ou être totalement omise, ou obéir à différentes notions d'ordre culturel : perspective cavalière, Perspective en dessinperspective « italienne » conforme à une vision occidentale basée sur l'optique pure. Mais passer d'une vision à 3 dimensions, avec deux yeux possédant une rétine à courbure sphérique, à une représentation en 2 dimensions, implique fatalement des incompatibilités qu'on est obligé de compenser par des artifices, des conventions, ou tout au moins des limitations.

Le dessin peut obéir à des notions qui ne tiennent pas compte des « lois » de l'optique ou qui ne les considèrent pas comme primordiales. Représenter une montagne plus petite qu'un personnage peut paraître totalement illogique. Les dieux, ou les saints dans l'iconographie religieuse du Moyen Âge, sont représentés plus grands que les autres humains. Les différentes civilisations ont ainsi été amenées à créer des systèmes perspectifs qui tentent de concilier ces aspects. Le dessin obéit donc à des conventions et des codes : pour les Égyptiens, un œil est représenté de face mais un visage de profil, un torse de face et les jambes de profil. Ainsi la meilleure représentation théorique peut-elle ne pas correspondre à une réalité optique. Plus près de nous, il a fallu attendre l'apparition de la photographie pour représenter correctement un cheval au galop, toutes les représentations passées étant « fausses » anatomiquement, mais certainement plus expressives.

Le dessin peut respecter les contours de manière précise et fidèle (considérant qu'il est vu par un système optique tel que la chambre claire ou l'appareil photographique), ou le trait peut subir des déformations et des distorsions qui vont accentuer certains caractères du modèle, possiblement jusqu'à la caricature, ou exprimer simplement les goûts et la sensibilité du dessinateur.

La représentation du volume (la troisième dimension) se fait généralement par les modulations de la lumière et donc les ombres locales du modèle et les ombres portées sur le fond et l'entourage. Ici encore toutes sortes de techniques sont possibles : traits successifs formant hachures, parallèles ou croisées, remplissage avec variation de la pression selon l'intensité souhaitée, estompage en frottant à la main ou avec un outil, gommage pour éclaircir, etc, certaines techniques étant adoptées par certains et réprouvées par d'autres...

Les principales méthodes utilisées sont : le tracé de lignes, le hachurage (parallèle, croisé, courbe ou aléatoire), le pointillé.

Pour apprendre la perspective en dessin, suivre des cours de dessin permet de maîtriser cette technique de représentation.



Les clés du dessin


Le Dessin pour les Nuls


Cours complet de dessin